Le problème des idées dans le monde musulman

Malek Bennabi

New product

Dans “Le problème des idées dans le monde musulman”, Malek Bennabi montre la primordialité de l’idée, en tant que force, en tant que dynamique. Sans l’idée, il n’y a que déchéance, et c’est ce qui a fait défaut à l’homme musulman qui a préféré s’attacher au monde des choses plutôt qu’au monde des idées.

Plus de détails

12,00 € TTC

Remise sur la quantité

Quantité Prix Vous économisez
5 12,00 € Jusqu'à 3,00 €
10 12,00 € Jusqu'à 12,00 €
20 12,00 € Jusqu'à 48,00 €
30 12,00 € Jusqu'à 108,00 €

Fiche technique

Auteur Malek Bennabi
Largeur 14.5 cm
Langue Français
couverture Souple
Longueur 22 cm
Epaisseur 1.5 cm
Poids 258 g
Pages 157
Editeur/ Frabricant Tawhid

En savoir plus

Dans Le problème des idées dans le monde musulman, Malek Bennabi montre la primordialité de l’idée, en tant que force, en tant que dynamique. Elle est la base de toute action, de tout changement possible. Sans l’idée, il n’y a que déchéance, et c’est ce qui a fait le défaut de l’homme musulman qui a préféré s’attacher au monde des choses plutôt qu’au monde des idées.

Dans cet ouvrage, Malek Bennabi inscrit le besoin nécessaire du retour à la pensée, à l’enrichissement intellectuel dynamique, vivant, et non sclérosant et pompeux. Il rappelle que le souffle de la révélation coranique a été intimement lié à la notion d’idée, de rappel à l’esprit, à l’intellect, à travers les premiers versets révélés : « Lis ! ». Ainsi l’homme est-il fait pour se construire un monde basé sur des idées, avant de se construire un monde fixé sur l’obsession de la chose.

Cet ouvrage captivant complète Le problème de la culture, à travers une réflexion peu rencontrée jusqu’alors dans la sphère intellectuelle musulmane.

Avis

Aucun avis n'a été publié pour le moment.

Donnez votre avis

Le problème des idées dans le monde musulman

Le problème des idées dans le monde musulman

Dans “Le problème des idées dans le monde musulman”, Malek Bennabi montre la primordialité de l’idée, en tant que force, en tant que dynamique. Sans l’idée, il n’y a que déchéance, et c’est ce qui a fait défaut à l’homme musulman qui a préféré s’attacher au monde des choses plutôt qu’au monde des idées.